•  

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

     

    Alias une bonne cuisinière, fin gourmet, papilles en éveil tout ça, tout ça...

     

     

    Je dois avouer qu’une de mes hantises dans l’aventure de la maternité, c’était l’arrivée au partage du repas de bébé (qui en est de moins en moins un, de bébé).

    Pour que vous compreniez ma peur, il vous faut le contexte « mangeaille » de ma personne et de son papa(mais moins). Nous sommes ce que l’on appelle communément « difficiles ». Non pas que nous piquions des colères pour toute frustration (ne pas confondre avec votre enfant difficile dans son Terrible Two !) ; non, nous, nous sommes difficiles avec des goûts très limités en terme de nourriture et sommes assez loin du compte des 5 fruits et légumes par jour ! Et oui, voilà, j’essaie de tout faire bien mais je ne suis pas bio, je ne suis pas une courge fan des légumes(par contre j'aime bien les fruits).

    Je SAIS, c’est MAL.

    Ceci étant dit, c’est comme ça, c’est un fait et notre entourage s’y fait (sinon, ça permet de jeûner).

     

    Le HIC, c’est que je ne souhaite bien sûr pas que mon enfant soit comme moi.

    Je suis consciente que ça ne serait bon ni pour lui, ni pour son intégration sociale d’être aussi difficile que moi à satisfaire gustativement !

     

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

     

    (cf‘ Comment ça t’aimes pas la choucroute ? TOUT LE MONDE aime la choucroute !’)

     

     

    Bref, revenons à nos méchouis moutons, MisterBB - depuis quelques temps - réclame de plus en plus à manger comme nous. Sauf que nous, on ne mange pas de la nourriture adaptée à bébé…Enfin si en fait, on mange le menu enfant tous les jours ! Steack/frites(au four), pâtes(toutes déclinaisons), poisson pané/riz…Bref, vous avez compris l’idée.Pas forcément des  trucs ultra mauvais mais pas hyper équilibrés non plus.

    En plus, c'est l'Homme qui cuisine car moi, je déteste ça.

     

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

     Mais une fois de temps en temps...

     

    Alors, voilà, des fois, je sors le peu de légumes que j’aime, que j’assorti avec une portion de féculent et une portion de viande(mais je ne suis pas très viande non plus … Donc ca tourne souvent entre steack haché, jambon et poulet !) . Et ça donne ce que ça donne...

     

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

    Ca ne ressemble à rien, c'est normal, c'est Maman qu'à cuisiner!

     

     

    Par chance, chez la nounou, c’est la foire aux légumes et aux trucs bons pour la santé (poisson, tout ça) ! Du coup, MisterBB mange de tout et je l'admire beaucoup!

     

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

    La pomme, j'aime bien aussi.

     

     

    Je n’ai pas d’issue à mon problème car mon dégoût pour ces aliments ne peut être surmonté. J’espère que le fait d’en manger partout ailleurs (et chez nous mais seulement en petits pots, donc bientôt fini) lui donnera un palais moins difficile que le mien et que pour une fois, il ne suivra pas mon exemple.

     

    Je ne suis pas Bree Van de Kamp, c'est grave?

     

     

    Et chez vous, comment ça se passe?

    Vous aimez tout?

    Vous parvenez toujours à manger équilibré avec vos enfants?

    Si vous êtes dans mon cas, n'hésitez pas à témoigner! 

     

     


    6 commentaires
  • Depuis que MisterBB marche, on peut dire que la véritable phase d’éducation a commencé.

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

    Lui montrer/lui expliquer ce qu’il peut faire ou non , ce qui est bien ou mal et le répéter (sans compter) fait partie du lot de parents. Savoir être ferme sur certains points, apprendre à faire des compromis sur d’autres.

    Bref, essayer  d’être juste est mon souci quotidien.

    J’ai croisé (et subi) beaucoup trop d’enfants avec des comportements inappropriés- parfois soutenus par leurs parents- (impolitesse, irrespect, etc),  pour savoir ce que je ne veux pas et ne peux tolérer (même si évidemment, dieu seul sait ce qu’il en sera quand je ne serai pas derrière son dos mais c’est une autre affaire).

    Je trouve extrêmement difficile de trouver le juste milieu.

    Parfois, je le laisse faire à sa guise, faire « le cirque » car au final, je me dis que ça n’est pas si grave. Ma limite est surtout sa sécurité.

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

    Sur certains points, je suis intransigeante et si je ne le punis pas encore vraiment, parfois, je hausse un peu le ton, lui fais les gros yeux et il comprend bien que je ne suis pas contente.

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

     

    Avant, je me disais que je discuterais toujours avec lui pour lui faire comprendre les choses, que les punitions, pfff!C’était « so old school ».

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

    Mais finalement, je me dis que ça n’est pas si simple ! Tout n’est pas tout blanc ou tout noir et je vois bien que parfois, la parole ne suffit pas, qu’il faut qu’une action suive pour qu’il ait « un déclic ».  

    Ecouter l’enfant oui, le respecter, oui aussi bien sûr mais jusqu’où ?

    Nous sommes les parents et ce sont les enfants.

    Je considère les adultes comme les garants du bien-être et de la sécurité des enfants mais reste à savoir comment traduire cela dans le quotidien ??

    Respecter l’enfant :

     Est-ce ne jamais le punir ? (je ne parle pas de châtiment corporel)

    Est-ce ne jamais le brider ? 

    Est-ce ne rien lui imposer ?

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

    Je suis fondamentalement pour essayer de l’éduquer en douceur, je l’écoute énormément, je me mets presque toujours à sa hauteur et j'essaie de comprendre ce dont il a besoin.

    Mais je ne peux pas (et ne veux pas) accéder à tous ses désirs. Je veux bien faire tout un tas de concessions mais il me semble important que lui aussi comprenne qu'on ne peut pas forcément tout obtenir en un claquement de doigt.Même en tant qu'adulte, nous avons aussi des contraintes!

    Bien sûr, sur le moment il trépigne et montre son mécontentement mais j’ai l’impression qu’au final, ça ne le perturbe pas plus que ça d’apprendre la frustration passagère.

    Suis-je méchante pour autant ? Trop sévère ?

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

    Eduquer un enfant est une tâche difficile que je prends extrêmement au sérieux. Je sais que quand il ira à l’école, s’il est puni, je n’irai pas voir la maîtresse pour lui foutre un pain pour lui dire qu’elle n’a pas le droit de punir mon enfant.

    Pour moi, les adultes qui sont amener à « l’encadrer » pour une raison X ou Y ont le droit de lui dire s’il dépasse les limites (dans la mesure du raisonnable et de son âge évidemment), ces adultes sont mes ‘relais’ et non mes ennemis, ni ceux de mon fils.

    Ne pas franchir la limite entre respect de l’enfant et enfant roi, tel est le dur objectif que je me suis fixé.

     

    Juste de l'éducation/une éducation juste?

     

    Et vous ?
    Quelle éducation donnez-vous au quotidien ? Ou quelle éducation avez-vous reçu?
    Arrivez-vous à ne jamais punir ?

    Qu’est-ce qu’un enfant roi pour vous ? En avez-vous fait un, malgré vous ?

    Comment faire pour éviter cet écueil ?

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Sommes-nous conditionnés à reprocher des choses à nos parents ?

     

    Parent toi-même! [Ou de la fatalité de l'ingratitude(?)]

     

     

    Depuis que je suis mère, j’ai à cœur d’établir une complicité et un amour indéfectible avec mon fils (je me répète, c’est la vieillesse sûrement!).

    C’est mon but, ma raison d’être : j’ai envie de faire de Ptit Loup un mec bien dans ses baskets et cool avec sa mère (moi !) et son père aussi (mais chacun son tour).

     

    Parent toi-même! [Ou de la fatalité de l'ingratitude(?)]

     

    Cependant, en parlant autour de moi, je m’aperçois qu’il y a peu de personnes qui ont une relation d’amour vraiment sain avec leurs parents. Chacun à son petit mot à dire sur les erreurs, les maladresses ou les faux-pas de sa mère ou de son père (ou des 2). Certaines choses laissent  des traces au fond de soi et l'on n'y peut rien.

     

    Parent toi-même! [Ou de la fatalité de l'ingratitude(?)]

     

    En tant qu’ado/adulte, Il s’avère souvent très difficile de beaucoup côtoyer ses parents sans sentir la moutarde nous monter au nez pour telle ou telle chose.

    Pourtant, on sait qu’au fond, ils essaient de faire de leur mieux, qu’ils ne se rendent pas forcément compte que telle attitude /parole peut être mal interprétée et blesser ou énerver. Bref,  qu’ils sont : ‘comme ça’.

    Au fur et à mesure du temps, et particulièrement quand on devient parent, on se rend compte que la tâche n'est pas forcément aisée...

    Que l'on fasse A ou B, on aura tout faux!

     

    Parent toi-même! [Ou de la fatalité de l'ingratitude(?)]

     

     

    C'est pourquoi je me demande:

    Est-ce que mon enfant, une fois devenu grand  va forcément avoir des griefs à mon égard parce que j’aurais été trop ci ou trop ça, pas assez ci ou pas assez ça ?

    Est-ce inéluctable ?

    Cet état de fait m’effraie énormément même si je sais que je n’ai aucun moyen de l’en empêcher.

     

    Alors j’essaie juste de faire de mon mieux, de lui montrer que je l’aime, de ne pas commettre les mêmes erreurs que mes parents (mais j’en commets sûrement d’autres).

     

    Bref, je suis comme je suis (‘comme ça’ ?!) et j’espère que même si je ne suis pas parfaite, il saura que j’ai tout fait en espérant qu’il soit heureux et qu’il me pardonnera mes erreurs et ne gardera pas de rancœur inconsciente (ou consciente d’ailleurs) à mon encontre.

    Parent toi-même! [Ou de la fatalité de l'ingratitude(?)]

     

     

    Parce que sinon ça sert à quoi, que Ducros il se décarcasse ? (pff!désolée, jsuis fatiguée )

     


    8 commentaires
  •  

    Mon bébé est un peu geek (et c'est pas grave)


    Avant (et oui, toujours ce fameux avant), je me disais que mon bébé serait éloigné de tous les écrans et autres technologies, qu’on ne le laisserait pas jouer avec nos téléphones ou nos ordinateurs, etc.

    Et puis, il est arrivé dans notre maison, avec une Maman et un Papa qui vivent aussi leur vie et qui allument la télé pour se détendre (peut-être un peu trop, mais c’est comme ça) qui ont leur ordinateur dans la pièce de vie pour ne pas s’isoler, qui sont parfois au téléphone (vraiment peu cela dit).

     

    Et dés son plus jeune âge, il a été attiré par tout ça, surtout les ordis et le téléphone.  Quand il ne marchait pas encore, il rampait pour attendre l’objet de sa convoitise ou trépignait ! Alors, j’ai réfléchi, et je me suis demandé :  ‘Puis-je vraiment l’empêcher de s’intéresser à tout ça ?’

    Tous ces objets font partie intégrante de notre quotidien, lui nier le droit de s’y intéresser -sans bannir les objets en question- relèveraient de la lutte permanente. Bref, j’ai décidé de revenir sur mes principes  (qui a dit encore ?!) qui ne coïncidaient pas avec ma réalité, et j’ai décidé de l’encadrer dans sa découverte et de le laisser y accéder à toutes petites doses parce qu’il adore ça et qu’au final, il apprend aussi par ce biais (les liens de cause à effet quand il touche la souris ou le clavier et qu’il se passe quelque chose sur l’écran, pouvoir déplacer les images avec son doigt sur le téléphone, entendre une voix connue sans que la personne ne soit là, etc)

     

    Mon bébé est un peu geek (et c'est pas grave)



    La télé l’intéresse peu, parfois il s’y arrête quand il voit un chat ou un chien ou qu’il entend de la musique ou un générique (sur lequel il danse ou tape des mains). Je sais que je suis une enfant de la télé (et j’assume) mais je veille quand même à ce qu’il n’y ait jamais de programme qui puisse le choquer s’il regarde par inadvertance la télé qui tourne.  J’évite tout ce qui est violent (y compris le JT mais en même temps, je n’aime pas ça), agressif verbalement (des émissions où ça crient par exemple) ou visuellement (les clips>j’aime la musique mais les images…ca fait mal aux yeux ! Sans parler de ce qu’on y voit parfois…). Parfois, je mets les dessins animés (que je trie également sur le volet) et paradoxalement, c’est là qu’il sera le moins intéressé par ce qui se passe à l’écran (cela serait la solution pour qu’il ne regarde jamais ! Mais perso, il y a un moment où je sature des dessins animés même si j’ai une haute tolérance>cf enfant de la télé).

    Mon bébé est un peu geek (et c'est pas grave)


    Bref, mon fils est un geek :  il sait allumer l’ordinateur ou la télé, il adore jouer avec la souris/la télécommande, il sait mieux que moi utiliser un téléphone tactile, il adore écouter les gens parler au téléphone, il rigole quand il voit un bébé ou un chat à la télévision et quand il est malade, on regarde parfois la télé tous les 2, lovés sur le canapé parce qu’on n’a pas la force de faire autre chose.

    Mais au final, il est heureux, épanoui, il s’intéresse à ça, mais aussi à tout un tas d’autres choses (et comme on l’a vu, il adore aussi aller jouer dehors et s’amuser avec un rien).

    J’ai décidé d’arrêter de culpabiliser et je me dis que c’est juste la vie telle qu’elle est aujourd’hui et que ça ne sert à rien de diaboliser la technologie ou la télévision. Tout est une question de dosage, de suivi, d’accompagnement et aussi d’éducation. 

    Je comprends tout à fait les familles qui souhaitent préserver leur(s ) enfant(s ) de la « technologie » (tout du moins jusqu’à un certain âge) mais dans le monde actuel, elle fait partie de notre quotidien et on n’y peut rien donc autant essayer de faire au mieux, de leur apprendre à être intelligent face à ça et de leur montrer que ce ne sont que des objets parmi d’autres.

     

    Mon bébé est un peu geek (et c'est pas grave)

    Non, ça ne se mange pas, par contre!


    Et chez vous, c’est comment ?

    Télévision, ordinateur, téléphone, avez-vous réussi à empêcher vos enfants de s’y intéresser/d’y toucher ?

     


    6 commentaires
  •  

     

    Je ne sais pas si vous avez chez vous aussi cet exemplaire d’enfant : un enfant d’extérieur.

    SOS, mon fils veut toujours aller dehors (moi pas)


    Vous me direz (ou pas, d’ailleurs - mais j’aime faire comme si j’étais populaire) :

    « Oui mais ton enfant, il ne parle pas donc comment sais-tu que c’est un enfant d’extérieur ? »

    Bonne question !

    Et la réponse en est fort simple :

     s’il est à l’intérieur, il trépigne, chigne et tape sur la porte en montrant la poignée (ou plus vicieux, me demande de le porter pour s’en rapprocher)

    et s’il est à l’extérieur, il trépigne, chigne et freine des 4 fers pour ne pas être introduit dans la maison.

    A croire que le gène de l’extérieur passe une génération, car moi et son père, il faut reconnaître que nous sommes plutôt casaniers surtout dés qu’il fait « mauvais » (moins de 20°,pluie, neige). En été, on fait le plein (balades, campagne etc) et en hiver, on vit sur nos réserves et on préfère rester tranquilles au chaud.

    comme ça

    SOS, mon fils veut toujours aller dehors (moi pas)

     


    Son papy, en revanche, est aussi un être d’extérieur qui trépigne et chigne dés qu’il est à l’intérieur…

    Tout comme MisterBB, il n’a pas de saison. Froid, pas froid, pluie ou pas, il veut sortir. 

    Mais pour quoi faire ?? SOS, mon fils veut toujours aller dehors (moi pas)


    …Il m’est arrivé de me dire que je n’étais rien qu’une mère indigne d’enfermer mon fils qui souhaitait tant prendre l’air, j’ai donc pris mon courage à 2 mains(mes gants et mon manteau aussi) et on est SORTIS.

    Et là… :

     

    SOS, mon fils veut toujours aller dehors (moi pas)

    RIEN.


    RIEN=il tourne en rond et ne sait pas ce qu’il cherchait à être dehors. J’ai beau lui proposer plusieurs jeux, essayer de m’amuser avec lui et bien il finit, tout comme à l’intérieur par ne plus savoir quoi faire (à part trouver une nouvelle 'bêtise').

    Alors franchement, pour en arriver au même point, je préfère de loin être au chaud pour ça.

    Maintenant, je ne cède plus (appelez-moi Cruella). Il sort avec sa Nounou (qui est -elle aussi- un être d’extérieur) et chez nous, automne et hiver, c’est cocooning et puis c’est tout !

     

    SOS, mon fils veut toujours aller dehors (moi pas)


     

     


    7 commentaires