• Les remèdes de grand-mère

    Si comme moi, vous êtes un peu sensible de la sphère ORL (amis de la rhinopharyngite, Bonjour!) et que vous avez eu l'obligeance de transmettre vos gènes à votre descendance, vous connaissez bien la récurrence des symptômes: nez qui coule (quand il y en a plus, il y en a encore), toux (nocturne, c'est encore plus fun) et gorge qui gratte.

    Parce que l'été n'est pas du tout synonyme de paix (ennemis de la clim, Bonjour!), je me suis dis que j'allais partager avec vous les petits trucs testés et approuvés chez moi*:

    Le remède anti-nez qui coule: Alium Cepa 5CH - dés les premiers éternuements.

    Sinon une goutte de thym (HE) sous le nez, on respire! (ou d'Eucalyptus radiata)

    Le remède (qui pue) anti-toux nocturne:

    Les remèdes de grand-mère

     Couper un oignon en 2 et mettez le sous le lit/sur la table de nuit, bref là où le tousseur tousse et dort (ou pas).

    J'avoue avoir reculé longtemps pour tester cette méthode (car je n'aime pas l'oignon et encore moins l'odeur) mais après une nuit de toux terrible pour MisterBB, je me suis dit que l'odeur n'est rien si ça fonctionne, et ça fonctionne. Donc, tant pis pour l'odeur (et d'ailleurs, une aération et c'est bon).

    J'utilise aussi les Huiles Essentielles(HE) qui sont vraiment efficaces (idem pour l'odeur assez forte mais comme ça fonctionne, j'ai passé outre) :

    A voir selon le type de toux, que j'ai testée il y a notamment l'HE de cyprès (pour adulte et + de 6 ans) et celle de cajeput (enfant dés 3 ans).

    Pour la gorge qui commence à picoter:

    On peut prendre une ou 2 goutte(s) d'HE de lavande fine sur un sucre ou dans une cuillère de miel.

     

    Malgré leur forte odeur, les Huiles Essentielles (utilisées à bon escient et avec précautions) sont réellement, pour moi,une bonne alternative pour soulager ces petits maux efficacement et rapidement (et éviter de prendre des médicaments qui ne fonctionnent pas) et maintenant MisterBB est habitué à être soigné par massagesintello.

    Les remèdes de grand-mère

     

     

     

     

    *Faites bien sûr attention que cela soit compatible avec l'âge de l'enfant et soyez respectueux des consignes et tout ça.smile


    4 commentaires
  • Quand MisterBB était petit, le laisser en vacances loin de moi était inenvisageable: comme si on m'ôtait une partie de moi, comme si on me dépossédait de mon rôle de mère, bref, un truc très viscéral.

    Petit à petit, un jour puis une nuit puis 2 et au final, non seulement je m'apercevais qu'il grandissait sans moi (oui, oui même en 2 jours) mais aussi que prendre du temps pour moi (et nous) était plus que nécessaire, une bulle d'oxygène.

    Maintenant, MisterBB a 4 ans et même si je ne pourrais pas encore le laisser plus de quelques jours, ma culpabilité n'est plus là. Je sais que c'est bon pour lui et bon pour moi.

    Bientôt il va partir une semaine chez Papy et Mamy et je ne suis pas déchirée, je suis même assez impatiente (cf l'enfer du coucher - oui parce que MisterBB a le don d'être un ange chez les autres- normal.).

    On va avoir des soirées!

    On va pouvoir manger après 19h30!

    On va pouvoir GLANDER en rentrant du boulot!

     

    Freedom!!!!

    Mode mère indigne ON

    Et j'ai coupé le cordon (un peu) - Vacances!

     

     


    2 commentaires
  • L'enfer du coucher 1

    source:grandirensemble85.com

     

    A chaque fois que je parle d'un problème et que je commence à saturer, j'ai l'impression que si j'en parle, ça va se régler.

    Un peu comme l'effet inverse qui se produit toujours du style: "C'est génial, il est super cool en ce moment" et Bam! Le lendemain, il est infernal.

    Bref, là, notre bête noire: c'est le coucher. Depuis ses 2 ans et demi, on galère. Avec des hauts et des bas mais on va dire que dans l'ensemble, on galère.

    MisterBB a toujours été un petit dormeur et de fait, ça fait déjà 4 ans qu'on doit avoir accumulé 12 millions d'heures de sommeil en retard (avec des levers plus que matinaux). Donc, oui, c'est vrai, le soir, on aimerait avoir une soirée tranquille (parents indignes).

    Cependant j'exagère car, au fil du temps, les choses se sont améliorées:

    - Avant on pouvait mettre jusqu'à 3h depuis le "on va au lit" jusqu'à l'endormissement réel, maintenant, on est plutôt vers 1h30 voire moins les bons jours!

    -Avant, on était obligés de rester près de lui jusqu'à ce qu'il s'endorme (les mauvais parents bis), maintenant, il nous appelle encore un peu mais s'endort seul.

    On a tout essayé, tout lu, tout testé. On doit juste avoir un mauvais karma ou tout simplement j'ai engendré un lapin Duracell.

    J'ai cet exemplaire d'enfant qui dit:"on doit encore dormir? Pff! mais c'est pas possible qu'on doive dormir tout le temps!"

    L'enfant qui, pourtant (et basiquement), sera juste invivable, surexcité ou s'endormira au moment où il ne faut pas (genre 17h) parce qu'il n'aura pas fait de sieste et aura lutté tout ce qu'il peut et qui sera alors INREVEILLABLE.

     

    Au coucher: Moments calmes, rituels, musique, lumières douces, jeux calmes, il suffit qu'on dise "Dans 5 minutes, tu vas te coucher" pour que la folie commence.

    Si jusque là, il avait été cool ,coopératif, un petit enfant adorable tel qu'il est, c'est volte-face et là, je sature. Le papa sature, bref, on essaie de garder notre calme mais il faut bien avouer que selon les jours, la fatigue et le temps que ça dure, on n'y arrive pas toujours.

    Surtout qu'on y croit! On essaie vraiment que le coucher soit un moment cool depuis toujours. Mais pour lui, il semble simplement que coucher= fin de l'amusement et moment fun pour les parents, et ça, c'est pas possible pour lui.

    D'ailleurs, quand il est dans sa chambre, puisqu'on ne peut pas le forcer à dormir (on n'est pas magiciens), il a le droit de jouer sur son lit et il joue avec toute l'énergie qu'il a jusqu'à ce qu'il "s'éteigne" d'un coup:

    ON/OFF.

    MisterBB ne se met pas à bailler, se frotter les yeux ou se calmer, son moteur s'éteint, point.

    Bref, nos soirées sont pourrites (oui, j'ai envie de faire un néologisme) et on sature. De fait, même quand il se couche bien, je suis tellement KO (et soulagée) que je me couche aussi et donc, pas de soirée (bis).

    Et je me sens comme un mauvais parent qui ne sait pas coucher un enfant de 4 ans ("Bah tu lui dis bonne nuit, tu fermes la porte et voilà! Non?") et EN PLUS, "il porte encore des couches?!" Ouhlalala, là c'est grave! je crois qu'on va être embarqué par la brigade des VBP (very bad parents).

    Et cela est mauvais pour nous en tant que couple car quand avoir un moment à partager si ce n'est quand l'enfant dort? Un moment pour discuter, échanger, être ensemble simplement, sans s'être énervé au préalable et donc être DISPONIBLE.

    En ce moment, on teste la méthode gagnant-gagnant avec un rituel à suivre (très simple):

    L'enfer du coucher

    Il gagne un soleil quand il ne nous fait pas crier pour des actions de base et sinon, c'est un nuage. A la fin de la semaine, un bilan et big surprise(s) pour lui s'il a 15 soleils. Sauf qu'il s'en fiche un peu, soleil ou pas, ça l'intéresse pas plus que ça (ça a marché 1 semaine) et du coup, il peut même avoir 3 nuages sans ciller...

     

    Bref, on est au fond et on creuse encore et j'espère vraiment que la libération est proche (un miracle, ou quoi...on ne sait jamais).

     

    Desperate Sleepless Mum

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  • Cette année était la 1ère année d'école de MisterBB.

    Dans l'ensemble, le bilan "scolaire" est plutôt positif même si socialement, moins.

    Je ne me rappelle plus si j'offrais des cadeaux à mes instits (enfin, si, je me rappelle qu'en CM1, oui, et qu'en CM2,non, car il n'était pas sympa).

    Mais bref, ce cadeau de petite section, on sait bien que ça vient plus des parents que de l'enfant (même s'il participe, il va rarement dire "et si on offrait un truc à la maîtresse pour qu'elle dise du bien de moi l'an prochain? wink2").

    Et je me pose cette question: Doit-on faire un cadeau à la maîtresse?

    Oui, c'est son job mais néanmoins, elle s'occupe de notre enfant, lui apprend des choses, lui mets parfois son manteau ou le mouche, bref, 1 deuxième nous!

    Et si elle le fait bien, pourquoi ne pas lui dire merci?

    Un cadeau pour la maîtresse?

    lien du pendentif sur l'image

     

    Juste une carte, ça fait un peu "juste", un cadeau "cher", ça fait un peu "too much".

    Si je me lance, ça sera vraisemblablement un petit truc décoré par MisterBB et de fait, je ne sais pas si elle va être touchée ou plutôt se dépêcher de le reléguer à la poubelle...

    La nounou avait beaucoup aimé la fleur en bois décorée et peinte par MisterBB avec une photo d'eux 2 à l'intérieur qu'on lui avait offerte pour la remercier mais bon, n'est ce pas trop pour une instit?

    J'hésite, j'hésite...

     

    Et vous, cadeau ou pas cadeau? DIY ou achat?

    Quelles sont vos motivations?

     

    Edit: Voilà donc ce pour quoi, on s'est lancé:

    Des portes-clés (achetés en bois 'brut') que MisterBB a peint et décoré - de l'autre côté, il y a l'initiale (2 maîtresses-2 ATSEM) et que j'ai verni.

    J'ai imprimé une petite photo de lui avec "Merci pour cette année" que j'ai plastifiée et mise dans la pochette cadeau (toute simple).

    Un cadeau pour la maîtresse?

     

     


    6 commentaires
  • La loi de la jungle (à 4 ans)

     

     

    MisterBB est un grand gaillard pour son âge mais il est GENTIL.

    Même s'il aime jouer à la bagarre et à la police et aux voleurs pour de faux, il ne faut pas non plus que ça parte en vrille.

    Bref, cette année, à l'école, je trouve que ça a été le point noir (en + de la tenue de son crayon, mais ça, ça va forcément aller), MisterBB ne se défend pas.

    Si, au début, j'étais vraiment pour la non-violence, lui expliquer de dire à l'autre "stop!tu me fais mal, arrête" et le repousser et le dire à la maîtresse. Force est de constater que ça ne sert à rien.

    Ca n'est pas qu'une fois isolée, depuis le début de l'année, c'est plusieurs fois par semaine et toujours les mêmes garçons.

    Nous avons alerté la maîtresse qui a dit qu'elle serait vigilante. Quand on l'a rencontrée, elle nous a dit que pendant la journée, elle ne voyait pas que MisterBB avait l'air embêté ou triste...

    Mais comme à l'école, il ne dit rien, il attend la maison pour nous dire "X m'a embêté etc."...

    Comment faire le tri entre ce qu'il ressent (il est sensible) et ce qui est vraiment (peut-être des enfants un peu "brutes").

    Comment dois-je réagir quand il me dit que les fois il le dit à la maîtresse, elle ne dit rien à ces enfants qui lui font mal?

    Alors, je l'ai fait, je lui ai dis : "Défends toi, montre leur qu'il faut qu'ils arrêtent de t'embêter" et il m'a dit "Oui, mais on n'a pas le droit de pousser à l'école" . Et oui, MisterBB respecte les règles (même si les autres n'ont pas l'air de s'en inquiéter et d'en être inquiétés) et là, je me dis "Que faire?!" .

    J'ai l'impression d'être dans un cercle vicieux et je ne veux pas qu'il soit une victime (ni un bourreau bien sûr).

    J'ai été victime et pourtant, je me sentais forte mais la force intellectuelle ne les touchait pas. Je n'avais pas peur d'eux mais de leur bêtise car on ne peut pas forcément se défendre... Bref, ce problème, c'est le mien et il ne s'est réglé qu'avec le temps et non pas par des moyens concrets.

    Je pensais pouvoir compter sur l'équipe éducative mais même s'ils sont présents, ils n'agissent pas toujours dans le sens espéré et je comprends qu'ils ne puissent pas voir les choses dans leur globalité (ils entendent un "il m'a fait mal" toutes les 5 minutes) et je ne me vois pas faire la mère ultra poule (d'autant que je n'y suis pas pour voir ce qui se passe vraiment).

    Alors?

    Bienveillance, non-violence, c'est chouette mais concrètement, on ne va pas tendre l'autre joue pour se faire battre? Là, je dis non.

    Je trouve qu'on est dans la loi de la jungle, la loi du plus fort et à 4 ans!!! Je suis juste complètement choquée.

    Je pensais avoir un peu de temps devant moi avant qu'il ne rencontre ce genre de souci (Nan mais la PETITE SECTION!! Sérieux?!) et je me retrouve au pied du mur.

    Je ne sais pas comment l'aider, je ne peux que lui dire que je suis là, que je le soutiendrai, que je sais qu'il est fort, plus que ceux qui l'embêtent.

    Il apprécie l'école,je croise juste les doigts pour que les années se suivent et ne se ressemblent pas...

    Le pire étant cet air qu'il a entre l'impuissance et la fatalité...

    Et moi aussi je me sens complétement impuissante et triste erf

     

     Edit: J'ai rencontré les parents d'un des petits garçons qui l'avait agressé et ceux ci sont très gentils et ne comprennent pas du tout car ils l'éduquent aussi à la non-violence et au dialogue. Ils se sont excusés, ont demandé à leur fils de s'excuser et puis voilà. Je n'ai pas fait de scène car je me dis que cela peut arriver à tout le monde et que je vois bien que l'éducation n'est pas toujours l'explication à tout.

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique