• La bulle

    Je n'ai jamais été naïve sur la bonté universelle de l'homme, je n'ai jamais été une optimiste.

    Tout juste une lueur d'espoir est née quand j'ai décidé de donner la vie.

    Cette vie qui, je le savais, n'était pas un cadeau mais je voulais y croire. Croire qu'une nouvelle génération pourrait amener quelque chose de bon.

    Et aujourd'hui, plus qu'hier, la loi du plus fort est en train de s'imposer et j'ai peur.

    On a beau dire que nous sommes plus nombreux à vouloir la vie et la liberté, je ne suis même plus sûre que cela soit suffisant et je suis triste,révoltée, blasée et démunie.

    Et pourtant, on nous assène partout qu'il faut en parler à nos enfants, que l'on ne peut pas les protéger du monde, que c'est mal.

    Et si j'avais envie d'essayer quand même?

    Si j'avais envie de vivre dans cette bulle encore un peu?

    Cette bulle d'amour qui est la seule chose qui me tienne et me dise que la vie a un sens?au-delà de l'horreur et de la bêtise qui gangrènent le monde au-delà même de ce vendredi à Paris.

    Je suis peut-être une mauvaise mère mais non, je ne lui en pas parlé.

    Mon fils, mon 4 ans et demi que tout touche si profondément, qui a pleuré, il y a peu, d'être soumis à la violence à sa petite échelle, qui a parfois peur que quelqu'un s'introduise chez nous pour nous faire du mal...je devrais donc lui dire que c'est possible, qu'il peut juste aller dans la rue ou s'amuser et mourir?

    Il sait déjà qu'il y a des méchants dehors, qu'il doit rester près de moi s'il y a du monde et quoi de plus?? Y-a-t-il vraiment autre chose à dire?

    Mon fils et moi, on est du même moule, au final, ce vendredi me touche par l'horreur, mais toutes les horreurs que j'entends me touchent: ces actes inhumains commis chaque jour et pas seulement par des  terroristes, par tous ces gens "lambdas" qui tuent, violent,torturent.

    Tout me fait hurler, pleurer et me révolter de l'intérieur mais rien ne sort car qu'y puis-je moi?

    Que faire de plus que lui apprendre les valeurs de la vie?

    Que faire de plus que croire que ma bulle sera épargnée alors qu'elle est aussi fragile que toutes les bulles qui ont éclatés un jour sans d'autres raisons que d'avoir voulu voler?

    Que faire de plus que de continuer à faire semblant de ne pas avoir peur?

     

    Je n'ai pas de baguette magique, pas de croyance optimiste pour ce monde, j'ai juste peur pour l'avenir et j'avance avec mon tout petit bouclier pour protéger vainement ce qui peut l'être.

    Je suis peut-être bien naïve encore de penser qu'à 4 ans et demi, on a le droit d'être innocent et de vivre sans tout savoir.

    Alors bien sûr, un jour les questions viendront et je serai là (même si je ne sais pas quoi dire); mais avant ça, s'il peut passer à côté de cette face du monde, qu'il le fasse.

    Je l'avais malheureusement déjà écrit il n'y a pas si longtemps, il aura bien le temps d'y être confronté à nouveau je crois...

    Ma bulle

     

     

     

    « Marre de la violence à l'écoleCe manque que je n'ai pas »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Novembre 2015 à 10:15
    Ragnagna

    J'aime beaucoup ton article, c'est le plus proche de ce que je crois aussi. Je pige pas cette logique qui veut qu'on leur fasse croire au Père Noël mais pas qu'on leur taise des horreurs comme ça quand c'est possible... J'avais 9 ans quand il y a eu les attentats à Paris, mes parents ne m'en ont pas parlé, l'école non plus, les camarades de classe non plus, et je trouve ça très bien comme ça...

    C'est fou qu'aujourd'hui ce soit plus possible de protéger les enfants des horreurs du monde. Pourquoi pas leur montrer tous les matins des enfants mourant de faim à l'autre bout du monde ou dans nos rues ? Ceux qui n'auront pas de cadeaux de Noël car les parents n'ont pas les moyens ? Ceux dont la maison a été démoli sous une coulée de boue ou un raz-de-marée, ceux dont le pays est en guerre et qui essayent de fuir, ... Ils le sauront assez tôt combien la vie est injuste et moche, pourquoi leur dire quand ils peuvent encore l'ignorer.

    En attendant le Chti m'a posée une colle, à qui confier Lucie si on meurt tous les deux.

    2
    Lundi 16 Novembre 2015 à 10:25

    @Ragnagna: Pareil en effet, sans me boucler du monde, mes parents n'ont jamais cru devoir me surinformer...

    Cela ne nous a pas empêcher, je crois, de devenir des personnes conscientes du monde arf

    Il y a, tous les jours, partout des horreurs à montrer ou à expliquer si on le veut..

    .Et oui, j'ai envie que l'innocence soit préservée, un peu.

    PS:Cette colle, je crois que tout le monde se la pose un jour (je n'ai moi-même toujours pas de réponse)

    3
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 11:26

    J'aime beaucoup ton article ! En ce moment où on parle tant d'informer les enfants, de leur montrer ce qui se passe, de ne pas leur "mentir", je me sens très proche de ta façon de penser. Même l'organisme de cours particuliers pour lequel je travaille m'a proposé son aide pour savoir aborder le sujet des attentats avec les petits élèves. Personnellement, je préfère ne pas en parler, rester dans la sphère sécurisée du cours (sauf s'ils me posent des questions, dans ce cas là je tenterai d'y répondre). 

    J'avais 8 ans lors des attentats du 11 septembre, ma soeur 6. Ma mère a décidé de ne pas nous en parler (je savais que quelque chose de grave s'était passé mais ne connaissais pas les détails ni les images). Elle s'est faite critiquer d'ailleurs par ses amis qui plaidaient pour "l'honnêteté" avec les enfants. En tout cas, mon meilleur ami de l'époque (9 ans) a vu les images selon la décision de ses parents et en a été très marqué (il pleurait la nuit, etc...). 

    Donc oui, je suis tout à fait d'accord avec toi. On a bien assez de temps pour devenir grand et comprendre les dangers de ce monde. Ce n'est pas en montrant des horreurs présentes ou passées aux enfants, ou en leur faisant peur pour leur futur, qu'on arrange la situation. Qu'ils soient prudents dans leur vie de tous les jours et heureux voilà tout le principal. 

    Bisous à toi et à ton petit !

    4
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 12:13

    @Vanille: Merci beaucoup pour ton message. 

    En fait, le problème vient surtout du fait que dans cette société de surinformation, il devient très difficile de protéger les enfants d'images, de paroles etc. 

    Je comprends tout à fait les parents qui en parlent à leurs enfants pour trouver les "bons" mots avant que d'autres ne s'en chargent (à l'école ou ailleurs). Une information rassurante d'un parent sera peut-être mieux assimilée par l'enfant. 

    S'il y a une chose que j'ai apprécié à l'école de MisterBB c'est qu'ils ont épargné les maternelles pour la minute de silence. Ils ont seulement allumé une bougie mais sont restés très vagues et pour ça, merci. 

    Je suis peut-être à contre courant en voulant préserver son innocence et limiter ses angoisses mais c'est pour moi une évidence tant que cela est possible. (clairement si j'avais du lui dire ce qui est conseillé pour les jeunes enfants, je suis sûre qu'il serait très mal et ne recommencerait pas à dormir ou jouer comme si de rien n'était) 

    J'aime beaucoup ta conclusion que je rejoins. 

    Bises à toi.

    5
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 13:45
    Mam'O Quotidien

    Comme toi, je voulais préserver mes aînés, 5 ans et 3 ans. Je ne leur ai rien dit. Nous avons vécu un week-end léger et agréable autant que possible. Et puis lundi, ils en ont parlé à l'école. Mon grand en a reparlé à la maison. Le lendemain, les règles d'accueil à l'école ont changé, interdiction d'amener son enfant en classe, on les "lâche" au portail. Résultat, grosse bousculade des parents et enfants devant ledit portail (100% sécurisé ?) et ma fille de 3 ans a beaucoup pleuré "il y'a des méchants dans mon école ?!"... C'est aujourd'hui qu'elle a peur et moi je suis en colère. Je trouve qu'en maternelle, ils auraient du les préserver. arf

    6
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 13:56

    @Mamanoquotidien: ahlala, comme je compatis! Je trouve qu'informer si jeune ne peut générer que de l'angoisse...(nous même n'arrivons pas à comprendre)  

    Bien sûr que le monde n'est pas rose mais les enfants de maternelle doivent ils vraiment y être plongé  de plein fouet pour les "forger"? Je ne crois pas, chaque chose en son temps.

    Finalement, changer les habitudes (déjà sécuritaires je pense) pour des questions de haute "sécurité" semble plutôt générer la peur et le sentiment d'insécurité...

    Courage à toi et tes enfants, j'espère que tu arriveras à les rassurer au mieux .

    7
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 21:32

    Notre meilleur bouclier et notre meilleure arme face à l'Histoire qui se dessine devant nous, l'Histoire de nos enfants ... C'est l'amour et l'éducation. Toi seule sait ce qui est bon ou non à dire à ton enfant. Et quand ça sera le moment, tu trouveras les mots, tout comme tu continueras à véhiculer à cet enfant tes valeurs, les valeurs de la vie et de la paix. 

    8
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 21:55

    @Mllebulle:c est tout à fait çayes

    Merci pour ton com.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :